On a testé : l’Access Bars

Ne vous fiez pas à son appellation, l’Access Bars n’a strictement rien à voir avec l’open bar! Ici, les cocktails proposés sont purement énergétiques et à consommer sans modération! En effet, cette technique repose sur l’apposition des doigts du praticien sur 32 points précis du crâne de son patient, formant 16 « barres » énergétiques, chacune renvoyant à un domaine précis de la vie.

Forte de ces quelques informations préalables, je me présente au cabinet d’Elisabeth Puygauthier, rencontrée au salon du bien-être 2016 à Périgueux. Après un accueil chaleureux, mon hôtesse me précède à l’étage et m’invite à prendre place sur sa table de massage. Me voilà à présent confortablement étendue sur le dos, réchauffée en ce mois de février par la douce tiédeur d’une couverture polaire. Puis Elisabeth initie le contact énergétique entre nos deux corps par le truchement de ses mains. Je me laisse aller, aucune parole n’est prononcée tandis que ses doigts se posent délicatement sur les premiers points crâniens ciblés.

Les pensées s’agitent : « s’ennuie t-elle? », « ma voiture est-elle correctement garée? », « il m’énerve à prendre des photos » (photos illustratives de ce présent article pourtant fort utiles!). Diverses sensations peu à peu se précisent : gêne à l’œil droit, énervement croissant au point d’être à deux doigts de laisser un grognement venu de nulle part vertement dématérialiser notre photographe officiel, sursauts au son des « macro-bruits » de la rue ou des « micro-bruits » dans la pièce. Enfin, surgit du tréfonds de ma mémoire un irrépressible besoin… de bouder! Sensation très singulière que celle de « se voir » en train de bouder pour rien, de sentir son visage prendre la moue typique de la boudeuse professionnelle et la frustration envahir ses cellules!

Tout passe, tout circule, les pensées, les sensations, tout est et ne peut être autrement. La paix de l’acceptation ouvre peu à peu la porte à une détente absolue au sein de laquelle s’invitent de légers endormissements. Les doigts d’Elisabeth sur mon crâne maintiennent la connexion, me donnant l’impression d’être définitivement protégée. La profonde conviction que je suis en sécurité – quoi qu’il puisse se passer apparemment dans le monde extérieur – apparait.

Lorsque le soin se termine, de longues minutes me sont nécessaires afin d’émerger d’une bienheureuse torpeur. Les mots peinent à franchir mes lèvres. Autrement dit, le mental – ensuqué – offre un répit salutaire. Oh miracle! Que s’est-il passé? Rien. Il ne s’est rien passé, et pourtant tout cela était. Quelques minutes suffisent afin que la machine mentale reprenne sa vitesse de croisière et tente de décrire, capter, s’approprier l’expérience déjà passée. Le premier mot qui se présente est : vaste, une immersion dans la « vastitude » de la vie. Mais les mots importent peu, restons dans le ressenti, les énergies, les vibrations. Et comme l’affirme Gary Douglas, le fondateur de l’Access Bars : « Après une séance de Bars au pire vous serez détendu comme après un excellent massage, au mieux toute votre vie va changer« . Pour l’heure, la détente est totale, exceptionnelle, vibrante et planante… tout cela sans alcool ; oui Madame!

D.Dequin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *