Quand manger ?

young attractive woman in the kitchenLe contenu de notre assiette ne se résume pas à une addition de calories.

Notre alimentation doit nous apporter chaque jour une association harmonieuse de nutriments qui ont tous un rôle à jouer pour le bon fonctionnement de notre organisme.

Mais ce n’est pas tout ! On ne peut parler d’équilibre sans parler de rythme.

Vous avez très certainement déjà entendu parler de l’horloge biologique, et même si cette notion semble un peu abstraite, elle gouverne votre comportement alimentaire à votre insu…

Vous est-il déjà venu à l’esprit de regrouper tous les aliments de votre journée en un seul repas ou de prendre votre repas de midi à 10 heures du matin ?

Quatre repas par jour !

Nos besoins évoluent au fil des heures et notre organisme nous informe de son état par des signaux biologiques que nous connaissons tous : la soif, la faim, ou au contraire la satiété. Ces informations sont orchestrées et relayées dans l’organisme par nos variations hormonales.

De même que les œstrogènes ou la testostérone gouvernent notre activité reproductrice, les hormones régissent nos besoins nutritionnels et nos comportements alimentaires.

Ainsi, l’hormone qui gouverne l’assimilation et l’utilisation des sucres (l’insuline) est plus efficace le matin (9 h) et en début d’après-midi (14 h) : c’est pourquoi le petit déjeuner et le repas de midi peuvent (et doivent !) combler une grande partie de nos besoins en glucides. C’est le moment de consommer du pain, des céréales, des féculents et des fruits, dont les glucides seront utilisés de manière efficace pour fournir l’énergie dont vous aurez besoin dans la matinée et l’après-midi.

En revanche, cette hormone est moins efficace en fin de journée. Par conséquent, n’abusez pas des sucres en soirée, car votre organisme ne saura que faire de ces glucides dont il n’a pas besoin et qu’il n’arrive pas à assimiler correctement. Il aura donc tendance à les stocker sous forme de triglycérides dans les cellules graisseuses.

Les hormones de la nutrition présentent également un pic d’activité vers 17 h. Vous savez, le moment où vous avez un petit creux ! C’est pourquoi le goûter n’est pas uniquement réservé aux enfants et doit retrouver la place qui lui est due dans vos habitudes alimentaires ! De plus, en répondant à un besoin de votre organisme, ce goûter vous aidera à réguler votre appétit, et à dîner plus légèrement.

La valse des hormones

Le métabolisme des lipides varie également de manière importante au cours de la journée. Vous pouvez tout à fait vous permettre de consommer – modérément, tout de même – des acides gras saturés au petit déjeuner : votre tartine beurrée sera alors utilisée pour combler vos besoins énergétiques de la matinée.

En revanche, le soir, les lipides ne sont plus utilisés à des fins énergétiques, mais pour la régénération de l’organisme. Mieux vaut donc éviter les graisses saturées au dîner et leur préférer des acides gras polyinsaturés (notamment les oméga 3) qui vont réparer vos membranes cellulaires pendant votre sommeil. Le poisson est donc l’invité idéal du dîner !

Vous pensez que c’est fini ? Mais non, la valse des hormones continue aussi pendant la nuit ! La phase de sommeil est un moment très particulier. Votre organisme subit une période de jeûne qui peut être assez longue, une douzaine d’heures en moyenne, alors qu’éveillé, vous passez rarement plus de six heures sans vous alimenter.

C’est le moment où l’organisme se régénère : les cellules reconstruisent leurs membranes, les tissus se renouvellent ; c’est aussi le moment où les enfants grandissent. Et ce travail colossal doit s’exécuter sans ravitaillement ! Comment est-ce possible ? Tout simplement par l’activation d’une hormone, l’hormone de croissance, sécrétée pendant votre sommeil.

Celle-ci ordonne de manière synchrone la construction tissulaire et l’utilisation des stocks graisseux pour le ravitaillement de l’organisme en énergie. Mais cette hormone est susceptible ! Elle sera contrariée si votre sommeil est trop court ou de mauvaise qualité, si la composition de votre dîner est trop riche en sucres à fort index glycémique (rapides), car l’insuline sécrétée va bloquer son activation.

Et qui dit hormone de croissance contrariée dit stocks graisseux non utilisés… Vous comprenez maintenant pourquoi les personnes qui manquent de sommeil ont plus de risques de prendre du poids !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *