Poids et IMC

indice de masse corporelleVotre poids ne pose aucun problème dans le cas où il vous convient, où vous vous y sentez bien.

Il ne doit pas être une obsession, et ne doit pas être pris tous les jours.

Environ une fois par mois est suffisant, voire tous les trimestres pour se donner des repères.

A l’exception de celles et ceux qui suivent un programme spécifique de perte de poids, et qui seront motivés de se peser plus régulièrement pour en constater les effets.

D’un point de vue plus médical, vous avez la possibilité de calculer votre indice de masse corporelle (IMC) qui permet d’estimer votre corpulence sur une échelle allant de la maigreur à l’obésité.

L’indice de masse corporelle permet d’estimer la quantité de masse grasse de l’organisme à partir du poids et de la taille.
L’IMC est le rapport du poids (exprimé en Kg) sur le carré de la taille (exprimée en mètre).

L’indice de masse corporelle se calcule avec une formule mathématique simple :

IMC = poids / taille2

Attention : l’interprétation de cette formule est applicable chez l’adulte de 18 à 65 ans. Elle n’est pas valable chez l’enfant, la femme enceinte ou certaines personnes très musclées.
Les valeurs de 18 et 25 constituent des repères communément admis pour un IMC normal (donc présentant un rapport de risque acceptable, c’est-à-dire dans la norme statistique).

IMC Interprétation

< 16,5 16,5 à 18,5 18,5 à 25 25 à 30 30 à 35 35 à 40 > 40
Dénutrition Maigreur Corpulence normale Surpoids Obésité modérée Obésité sévère Obésité morbide

IMC Interprétation pour les moins de 18 ans (garçon)

courbe-corpulence-garcon

IMC Interprétation pour les moins de 18 ans (filles)

courbe-corpulence-fille

Si votre IMC est trop faible, vous risquez d’avoir des carences en nutriments, vitamines et minéraux, indispensables au maintien de votre forme.

A l’inverse, s’il est trop élevé, vous augmentez le risque de contracter certaines maladies cardiovasculaires (infarctus, insuffisance cardiaque, hypertension artérielle), certaines maladies pulmonaires (syndrome d’apnée du sommeil) ou encore des affections touchant les articulations (arthrose du genou, par exemple).

En cas de surpoids ou d’obésité, votre médecin ou votre diététicien sont les mieux placés pour en parler avec vous, et vous exposer les risques encourus.

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *