La méditation

meditationLe mot « méditation » lui-même semble renfermer tout un monde de rêves, d’images spirituelles et orientales, d’horizons infinis, dont la « zénitude » est la composante principale.

D’autres peuvent penser qu’il symbolise une pratique étrange, voire rébarbative, réservée à des religieux en quête de spiritualité.

Pourtant, les recherches effectuées au cours des quarante dernières années sur la méditation ont permis de mettre à son actif des résultats psychologiques et physiologiques mesurables. Elle peut donc être utilisée par tous comme une approche favorisant le bien-être et la santé.

Plus qu’une méthode de relaxation, la méditation s’inscrit dans une démarche active « corps-esprit » de recherche intérieure, et d’équilibre. Sa pratique régulière permet – et c’est essentiel – de reconnaître, comprendre et accepter nos émotions. Celles-ci requièrent de notre part une attention que nous ne pouvons, ou ne voulons pas toujours leur accorder, les jugeant inopportunes ou trop pénibles à supporter.

Être à l’écoute de ses émotions est pourtant le meilleur moyen de savoir ce que l’on souhaite réellement et vers où se diriger. Par la méditation, nous apprenons à mieux nous connaître, à gérer un flux incessant de pensées, dont certaines – souvent la majorité ! – n’ont rien à faire dans notre tête.

La méditation permet « d’assainir » notre esprit, de le libérer d’émotions ou de pensées pouvant freiner notre développement, voire perturber notre état physique et psychique. Méditer régulièrement, même quelques minutes par jour, nous place dans les meilleures conditions pour remplacer les « programmes défectueux » de notre subconscient, par d’autres, conformes à nos souhaits, à nous-mêmes. Tel un guide, elle nous oriente au quotidien dans nos choix de vie, nous indiquant la bonne voie, c’est-à-dire… la nôtre.

Petite initiation

Beaucoup pensent que méditer impose le maintien d’une posture particulière ou la prononciation de mantras ; il n’en est rien ! Certes, de nombreuses pratiques sont basées sur le maintien de certaines postures, telles que le yoga méditatif et le qi gong, ou sur l’utilisation de mantras, que vous pouvez essayer si cela vous tente. Mais la meilleure forme de méditation sera… la vôtre !

Voici une petite initiation qui vous aidera à mieux en comprendre les mécanismes. Un environnement calme, une ambiance tamisée (bougies de préférence), une musique relaxante, sont particulièrement recommandés pour être « en condition » ; mais rien n’est obligatoire. Tous les contextes peuvent convenir à la méditation dans la mesure où vous en ressentez le besoin et que vous pouvez faire abstraction de ce qui vous entoure.
Cette petite méditation a pour objectif de vous familiariser avec votre respiration et votre capacité à focaliser votre attention.

 

  • Installez-vous confortablement, dans la position de votre choix.
  • Réglez un minuteur sur deux minutes.
  • Commencez par respirer profondément, en gonflant le ventre à chaque inspiration et en expirant lentement, progressivement.
  • Le but est de rester concentré sur votre respiration, et uniquement sur celle-ci, pendant deux minutes.
  • Portez attention aux mouvements de votre cage thoracique, au soulèvement et à l’abaissement des côtes et de l’abdomen, au léger son de l’air pénétrant et quittant vos narines.
  • Visualisez le trajet de l’air entre l’extérieur et vos poumons.
  • Sentez l’énergie vous pénétrer à chaque inspiration, fixez-la et diffusez-la dans tout votre corps.
  • Déclenchez le minuteur, fermez-les yeux et allez-y…

 

Chasser les pensées « parasites »

Vous remarquez certainement combien il est difficile de garder son attention focalisée sans se laisser distraire par ce qui nous passe par la tête, même pendant deux minutes. C’est parfaitement normal. Vous prenez ainsi conscience du flot incessant de pensées qui nous traversent l’esprit.

Le but n’est bien sûr pas de s’empêcher de penser, mais de concentrer son attention sur sa respiration. Laissez passer ces pensées, sans y porter attention, et repartir comme elles sont arrivées ! Et chaque fois que vous vous surprenez en train de « dévier » pour vous embarquer dans une rêverie quelconque, ramenez immédiatement votre attention sur votre respiration.

Au fur et à mesure de vos séances, vous arriverez à ne plus vous laisser dominer par vos pensées. Vous pourrez ainsi émettre celles qui sont conformes à vos souhaits, car c’est vous dorénavant qui en aurez le contrôle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *