La marche rapide

Young man and woman jogging in a meadowLa marche représente l’activité la plus naturelle et la plus nécessaire.

Elle est recommandée par l’OMS, et conseillée à de nombreux malades souffrants de troubles divers.

Elle est accessible à tous, ou presque, et s’adapte à tous les budgets !

Pour correspondre aux 30 minutes quotidiennes d’activité physique d’intensité modérée recommandée, elle doit se pratiquer d’un pas rapide.

Attention, nul besoin de se déhancher excessivement comme le font les marcheurs de compétition ; cette technique risquerait au contraire de provoquer un bon mal de dos !

Marchez simplement, d’un pas tonique et régulier, en vous tenant droit, en dépliant bien vos pieds et en serrant les fesses et le ventre, à une allure proche de celle qui vous inciterait à trottiner (comme si vous vous dépêchiez).

Ainsi, les accros du shopping ou de la visite de musée l’auront compris : piétiner dans les magasins et s’arrêter de marcher toutes les deux minutes ne rentre pas dans le cadre de la notion de « marche rapide ». Pour qu’elle soit réellement efficace, n’oubliez pas qu’elle doit durer au moins 10 minutes et, dans ce cas, deux ou trois fois par jour si possible.

La marche peut se pratiquer partout, de préférence en pleine nature (parc, forêts, lac, mer, campagne, montagne) pour l’apaisement psychique qu’elle procure, en famille ou entre amis.

Vous pouvez aussi l’utilisez comme mode de déplacement quand cela est possible (trajet de moins de 30 minutes), ou encore dans le cadre d’activité sportive (parcours de golf, course d’orientation…).

Pour rendre la marche plus intense, vous pouvez enfin l’associer à des bâtons (marche nordique) ou l’effectuer sur terrain incliné, en extérieur (colline, montagne, côtes), ou en intérieur (tapis de course incliné).

Faites le maximum pour que la marche rapide fasse partie intégrante de votre mode de vie, vous serez surpris des résultats positifs qu’elle aura sur votre forme.

La marche ou la course ?

Le réflexe de nombreuses personnes souhaitant perdre du poids, par exemple, est de penser que courir est la seule solution efficace, alors qu’il n’en est rien.

Marcher peut apporter davantage de bienfaits que courir. En outre, le jogging n’est pas une activité anodine : il nécessite une assez bonne condition physique, et n’est pas forcément adaptée à tout le monde, surtout si vous êtes en phase de reprise d’activité physique.

Si vous êtes un inconditionnel du jogging, le but n’est pas de vous dissuader de courir, mais de vous informer des réels bénéfices de la marche rapide, et des risques éventuels de la course, qui sont les uns et les autres souvent méconnus.

Ainsi, la marche rapide…

  • Affine les jambes en les tonifiant et en améliorant la circulation sanguine (effet recherché par de nombreuses femmes souffrant de jambes lourdes) ;
  • Permet de perdre du poids progressivement et durablement ; améliore votre forme cardiovasculaire et respiratoire autant que le jogging ;
  • Brûle les graisses souvent plus efficacement que la course à pied, car elle place votre fréquence cardiaque dans la zone cible du seuil de lipolyse (qui est souvent au dessus lors d’un jogging) ;
  • Préserve vos tendons et articulations : aucun saut ni d’impacts soutenus comme c’est le cas en courant ;
  • Évite un possible affaissement des tissus, contrairement au jogging qui implique des sauts et impacts répétés. Les femmes, en particulier, comprendront facilement que le jogging a tendance à tirer les tissus corporels vers le bas (seins, fesses…), d’autant plus si le taux de masse grasse corporel est assez important, alors qu’elles souhaitent au contraire les remonter !

A vos baskets!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *