Importance de l’échauffement

L’échauffement a pour objectif, comme son nom l’indique, de « chauffer » l’organisme. Il permet de préparer le corps, de conditionner le mental à l’effort, et de prévenir le risque de blessure.

Bien s’échauffer avant de débuter une activité physique et/ou sportive est donc capital ! De l’athlète au sédentaire, tout le monde est concerné.

Les effets d’un bon échauffement

L’échauffement permet l’activation des systèmes cardio-vasculaire et respiratoire, qui se traduit par :

  • L’augmentation de la fréquence cardiaque et donc du débit sanguin.
  • La vasodilatation (augmentation du diamètre des vaisseaux sanguins) des zones sollicitées.
  • L’augmentation de l’amplitude et de la fréquence respiratoire. Le cœur est ainsi préparé à faire des efforts plus soutenus. L’organisme peut apporter aux muscles plus d’oxygène, de substrats (carburant), et augmenter l’élimination de ses déchets.

Bien s’échauffer engendre également l’élévation de la température (musculaire et centrale), qui se traduit par :

  • Une plus grande production d’énergie des filières énergétiques par unité de temps.
  • Une meilleure lubrification des articulations.
  • Une baisse de la viscosité musculaire (résistance du muscle face à un étirement rapide).
  • Une augmentation de l’élasticité, de la force, et de la vitesse de contraction musculaire.
  • Une meilleure élasticité tendineuse. Le potentiel musculaire est optimisé, la tolérance à la charge des articulations est augmentée. Tout ceci diminue le risque de blessures, qui peuvent survenir plus facilement si les systèmes musculaire, articulaire et tendineux sont « froids ».

Enfin il y a accélération de la propagation des influx nerveux, optimisant la coordination, la précision du geste, la vitesse de réaction, l’adresse, la perception sensorielle, et facilite l’apprentissage technique d’une discipline sportive.

Les facteurs à prendre en compte

 

  • L’horaire de la journée et le biorythme individuel. Nos capacités d’efforts physiques varient au cours d’une journée, en fonction de notre biorythme. Elles sont en général plus faibles le matin et augmentent progressivement jusqu’à atteindre un pic vers 15-16 heures, horaire où l’irrigation sanguine et la température sont les plus élevées. Mais nous ne sommes pas tous égaux. Certains se sentiront plus en forme le matin, d’autres l’après-midi ou le soir. Si vous n’avez pas la possibilité de pratiquer votre activité physique à « votre moment idéal », soyez encore plus prudent.
  • Le niveau d’activité physique avant et la nature de la pratique après. Votre échauffement sera d’autant plus long et progressif que votre niveau d’activité physique est faible au moment où vous démarrez votre entrainement. Par exemple, si vous vous rendez sur votre lieu de pratique en marchant ou en vélo, vous ne serez pas dans les mêmes conditions physiques que si vous êtes resté assis toute la journée. Votre corps sera déjà en partie échauffé. La nature de l’activité physique qui suit est également déterminante. Plus les efforts qui suivront seront longs et/ou intenses, plus l’échauffement devra également l’être.
  • La température extérieure. Plus il fait froid, plus l’échauffement sera long et progressif. L’objectif est d’amener le corps à une température d’environ 38,5-39°C. Prenez encore plus le temps de vous échauffer si vous êtes peu vêtu (short, débardeur, brassière, etc.) lorsque la température extérieure est basse.

L’échauffement doit permettre à l’organisme de commencer à travailler avec le maximum d’efficacité fonctionnelle. Prenez le temps d’en ressentir ses effets.

N’oubliez pas non plus que l’intensité de l’échauffement, doit être très faible au démarrage, et augmentée progressivement.

Échauffement type en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *